Poids pour la société, lenteur, inefficacité, l’image des vieux est peu reluisante. Pourtant, à l’aube de la réforme des retraites, certains tentent de redorer le blason des anciens en leur conférant divers intérêts économiques. 

Alors, concrètement, à quoi ça sert un vieux dans l’économie d’aujourd’hui?

Dans une société qui fait l’apologie de la jeunesse éternelle, rien d’étonnant à ce que le terme « vieux » ne trouve plus sa place. On lui préfère des sobriquets politiquement corrects tels que « personnes âgées »  – en référence à « personnes non âgées » ? – ou encore « seniors » – qui appartient plutôt au monde du travail pour qualifier un professionnel en seconde partie de carrière.

Leur rôle dans la transmission de savoirs, de valeurs, de tradition et au sein de la famille mis de côté, quel rôle ont-ils encore à jouer au sein de l’économie ?

La Silver économie ou l’économie du vieillissement

Les vieux vaudraient t-il de l’or ? Ou du moins de l’argent. Avec l’allongement de la durée de vie et l’entrée des Papy/mamy boomers dans l’âge de la retraite, un marché prometteur autour de la vieillesse est en plein boom. Nombre d’entreprises se développent en proposant des services et des biens de consommation à cette cible dans les secteurs du transport, du logement, des loisirs et de la santé. Nos vieux auraient-ils inspiré à leurs cadets une nouvelle économie de marché ?

Début juillet 2013, à Ivry-sur-Seine, on inaugurait la Silver valley. Un regroupement de 50 entreprises proposant des solutions innovantes pour les personnes âgées. Le nom n’est pas sans rappeler la fameuse Silicon Valley, berceau de la haute technologie. La Silver Valley serait alors… le berceau du troisième âge. (Va-t-elle tenter de nous les endormir avec ses belles promesses marketing ?)

Les entrepreneurs de la Silver Valley, eux, n’ont pas loupé le coche et se sont réveillés à temps. D’ici 2050, les plus de 60 ans représenteront 31% de la population et dès l’horizon 2015, plus de la moitié de la consommation française sera générée par des seniors. Si l’on prend en compte le pouvoir d’achat des jeunes séniors (de 25% supérieur à celui des actifs) et l’augmentation substantielle des « Silver Surfeur » (50% des achats en ligne sont réalisés par les plus de 50 ans. source : directeur général de l’e-commerçant). Ils représentent un enjeu économique considérable !

Des acteurs sociaux bon marché

Serge Guérin, auteur de « La nouvelle société des seniors » convaincu du rôle majeur joué par les « personnes âgées », pointe leur rôle en tant qu’acteurs sociaux. « Sans les retraités, il n’y aurait  plus de monde associatif car ils représentent 86% des bénévoles actifs » mais aussi leur rôle politique  « 32% des maires de nos communes sont des retraités ».

Enfin, grâce aux seniors, des économies considérables sont réalisées dans la branche sociale et notamment, la solidarité de proximité. Selon Serge Guérin :  « 30% des aidants sont des retraités qui accompagnent d’autres personnes âgées, un conjoint, un enfant. S’’il fallait les payer ça serait 80 milliard d’euros à mettre sur la table ».

Réécouter l’intervention de Serge Guérin sur France Info

Créations d’emploi, acteurs sociaux, bénévoles, nos chères têtes aux reflets argentés valent de l’or !