Le bar à chats est un concept né au Japon et en pleine croissance. Le pays en compte plus d’une centaine. A Londres, un premier bar à ouvert ses portes en  2013. Ces bars ou cafés proposent de siroter une boisson tout en cajolant un félin dans une atmosphère paisible et décontractée au sein d’établissements dans lesquels les chats sont rois. Le projet d’ouvertue d’un tel bar à Paris, est pourtant contrecarré par les associations de défense des animaux.

Le « bien-être » pour tous

Le contact avec les animaux est connu pour réduire le stress de manière considérable. Ce qu’on appelle l’animo thérapie est meme utilisée  en milieu médical pour soigner de nombreuses maladies.

La France étant le pays le plus consommateur d’anxiolytiques au monde en réponse au stress -1 français sur 5 selon l’étude menée par l’ANPAA en 2013 (Association Nationale de Prévention en alcoologie et addictologie) – il semble que l’initiative du bar à chats soit  toute indiquée.

Du côté des matous, les images tournées dans ces lieux aypiques, démontrent que ces hôtes à moustaches sont au comble du bien-être. Ces bars à chats semblent être de vrais paradis pour félins et pour humains en quête d’affection.

Pour entreprendre en France, il faut sortir ses griffes…

A Paris, Margaud Gandelon tente de lancer le concept et d’ouvrir son « Café des chats » en récupérant des chats de la SPA plutôt que d’en acheter. Une initiative qui semble être profitable pour tous. Les animaux recueillis ne seront plus des laissés pour compte et apporteront un poil de bonheur à leurs visiteurs.

Certains protecteurs de la cause animale parlent d’exploitation, d’autres, de proxénétisme. Pourquoi ? Parce qu’il s’agit de payer pour caresser un minou ?

La SPA et la fondation Brigitte Bardot, expriment eux ausi leur inquiétude. Il semble évident de vérifier les conditions de vie des chats pour s’assurer de leur bien être mais quand le représentant de la fondation Brigitte Bardot monte au créneau en pretextant : « Les chats n’ont pas forcément envie d’être tripotés par les clients d’un bar » (dixit Libération), il y a de quoi vous rendre chèvre !

Finalement, pour entreprendre en France, il s’agit d’avoir le cou-rage d’un lion.

http://www.lecafedeschats.fr