Nos villes jalousent la campagne. Leurs qualités environnementales gravement dans le rouge, elles se décident à virer progressivement au vert. Elles aussi veulent partir à la campagne ! Mais pas seulement le temps d’un week end. Récit d’une nature à qui l’on rend sa place en zone urbaine.

L’enracinement de décisions politiques 

Avec un taux d’urbanisation de 85% en 2010, les villes n’ont aujourd’hui d’autre choix que de minimiser leurs empreintes écologiques et d’optimiser leur qualité de vie. C’est le Grenelle de l’environnement qui sème la graine de l’urbanisme vert : « Au moins un écoquartier avant 2012, pour les villes qui possèdent un programme de développement de l’habitat significatif », le mot d’ordre est lancé. Des 2013, le gouvernement prévoit une accélération dans la transition écologique avec l’adoption dune nouvelle loi cadre biodiversité qui comprend entre autre un « plan abeille ». Il aura fallu du temps, mais le changement on l’espère, arrive à temps.

La mobilité en ville, le logement durable, la biodiversité mais aussi la mixité sociale sont les grands thèmes de l’urbanisme vert. Des principes que l’on applique quartier par quartier dans de nombreuses villes. « Il s’agit souvent de composer avec des infrastructures préexistantes. La ville se reconstruit sur la ville, on ne peut l’étendre à l’infini » – explique Florent Vigouroux, en charge de l’urbanisme de la ville d’Annecy .

En Rhône-Alpes et ailleurs

Fribourg en Allemagne, un vrai modèle du genre mais aussi Amiens, Reims, Nancy ou encore  Grenoble, récompensée pour son ecoquartier de Bonne en 2009 (voir encadré concours eco quartier) ont été les principales sources d’inspiration pour le projet Vallin Fier à Annecy. L’alsace et la Suisse ont inspiré à la ville le principe d’auto construction. « Un regroupement de personnes qui souhaitent réaliser leur propre projet sans  la participation du promoteur » – explique Florent Vigouroux – « une dizaine de logements y seront consacrés ».

Et les projets d’urbanisme vert fleurissent un peu partout. On compte parmi les projets en cours les eco-quartiers Confluence à Lyon, l’un des plus gros projets du type en France. Au sud ouest de Chambéry, c’est l’écoquartier de villeneuve à Cognin qui devrait être livré en 2014 et celui de la Chapelle saint Germain à L’Isle d’Abeau.

Si l’urbanisme vert et son écoquartier est une fleur, la pollinisation est en marche !

Singapour modèle d’exemplarité

En avance sur son temps, Singapour a fait le pari de l’écologisme urbain dans les années 60 et en récolte aujourd’hui les fruits. La cité-état est un de modèle d’exemplarité, tout particulièrement dans une partie du monde connue pour ses villes polluées et son urbanisme anarchique. L’objectif – créer une ville jardin – est atteint avec 10% de la surface de l’île réservée aux parcs.

< Concours eco quartier

En 2009, 150 villes ont participé au concours national à destination des collectivités, puis 400 en 2011. Parmi les villes récompensées ; Lyon et son quartier La Duchère en 2011 dans la catégorie « Rénovation de Quartier ». Grenoble et la ZAC de Bonne obtiennent en 2009 le « grand prix national » et Lyon le prix « Densité et Formes Urbaines ».