Antoine Cahen
est le designer suisse des machines à café Nespresso depuis plus de 20 ans. Entre opportunités et ingéniosité, un parcours dans l’ombre, à haute teneur en caféine !

A la découverte du crayon qui façonne la cafetière vendue à travers le monde.

Antoine me propose un café, comment refuser ? Dans son lumineux atelier de Lausanne, il travaille aux côtés du graphiste Werner Jeker et du designer Claude Frossard, dans une structure baptisée « Les Ateliers du Nord ». La formule lui va à ravir. Echanger, partager, même si le travail du designer reste avant tout une aventure solitaire.

To be or not to be un designer industriel

« Etre designer industriel ne s’invente pas » m’explique Antoine Cahen. « On l’est ou on ne l’est pas et peu importe le parcours qu’on a choisi ». Lui a grandi au sein d’une famille d’architectes. Le système scolaire traditionnel ne lui convient pas vraiment. Il se forme ensuite à l’ECAL de Lausanne en 1975 alors que la branche est encore embryonnaire.

Antoine Cahen ne s’arrête pas à des considérations esthétiques. « On pense souvent qu’un désigner ne fait que dessiner, donner une image. Alors qu’il faut souvent réinventer complètement l’objet, à l’aide d’ingénieurs, ce qui est passionnant ». Un challenge qui plaît au designer qui, enfant déjà se plaît à démonter tous les objets qui l’entoure.

La capsule lui donne du grain à moudre

PixieC’est la création de la capsule par l’ingénieur Eric Favre, alors ingénieur chez Nestlé, dans les années 80, qui lui donne l’opportunité de réinventer la machine à café. « Avec ce petit objet, on a pu revoir complètement le fonctionnement de la machine, il n’y avait pas de précédent». Nestlé y voit une fabuleuse opportunité commerciale  : « créer et commercialiser la machine qui fera consommer les petites capsules ».

Au démarrage on lui concède simplement le facelifting du modèle Turmix. « Il s’agissait de limiter les dégâts en redynamisant le modèle». C’est un début, mais Antoine n’est pas du genre à s’en contenter et devra attendre encore quelques années pour imposer son concept innovant. « Il ne suffit pas d’avoir de bonnes idées. Il faut les avoir au bon moment ».

Sous ses allures rangées, Antoine dissimule des trésors d’innovations. A l’aide de son équipe, et notamment son frère Philippe,  il invente un objet unique qui révolutionnera le marché. Un système incluant une « mâchoire », un brin animal, qui a de quoi faire tomber celles des dirigeants de Nespresso.

Il donne une dimension ludique à la cafetière, la rend plus présentable, un véritable objet décoratif qui quitte à tout jamais les tréfonds de la cuisine. Un concept raflant de nombreuses distonctions dans le monde du design. Mais, par-dessus tout, il aime l’idée de créer un produit « populaire » qui n’est pas destiné aux élites. Même si dans l’imaginaire collectif c’est tout de même George Clooney qui avale des litres de café grâce à sa machine.

La griffe Cahen, c’est un « style » dépouillé, sobre, puriste, l’objet retrouve sa fonction première sans fioriture mais avec du style. Pour Nespresso, Antoine sort ses trippes et dévoile celles de la machine. L’eau n’est plus cachée mais exposée. Le bac à capsule se fait transparent.

Lorsque je lui demande à quoi ressemblera le prochain modèle, ce qu’il compte ajouter à la machine, il reste fidèle à lui-même en me répondan : « Qu’est ce qu’on va lui retirer plutôt ! ».

Nespresso, What else ?

Participer à des projets de petite envergure qui finissent par trouver leur place au niveau international, Antoine Cahen connait. Il crée le logo Logitech ainsi que ses deux premiers modèles de souris alors que l’entreprise n’est qu’une start-up. Quand il ne travaille pas au développement d’une nouvelle machine, il développe des projets variés : montres, lampes de poche, chaussures de ski, système de repassage Laurastar, signalétique. Le métro de l’ouest Lausannois est aussi passé sous son crayon.

Mais ne parlons plus du passé. De nouveaux projets révolutionnaires il en a plein la capsule. A commencer par un scooter électrique qui intègre un système de rangement volumineux… A suivre !